Culture de Serbie-et-Monténégro – histoire, les gens, les vêtements, les femmes, les croyances, la nourriture, les coutumes,

Culture de Serbie-et-Monténégro - l'histoire, les gens, les vêtements, les femmes, les croyances, la nourriture, les coutumes, La ville possède deux sièclesSerbie et Monténégro

Orientation

Identification. Le nom Yougoslavie précédemment désigné six républiques (Serbie, Monténégro, Macédoine, Bosnie-Herzogovia, Croatie et Slovénie), mais comprend maintenant juste la Serbie-et-Monténégro. Les moyens de mots "terre des Slaves du sud." Monténégro, ce qui signifie "montagne Noire," tire son nom de son relief accidenté. Au sein de la Serbie, il y a plusieurs cultures nationales. En plus de la tradition serbe dominante, il y a une grande population hongroise dans la province septentrionale de Voïvodine, où le hongrois est la langue commune et de la culture est fortement influencée par la Hongrie (qui borde la province au nord). Dans le sud de la Serbie, la province du Kosovo est principalement albanais, et a une culture islamique qui porte de nombreux vestiges de la conquête turque plus tôt.


Situation et géographie. La Serbie est un territoire enclavé dans la péninsule balkanique de l’Europe de l’Est, à la frontière du Monténégro, Bosnie-Herzégovine, la Croatie, la Hongrie, la Roumanie, la Bulgarie, la Macédoine et l’Albanie. Le Monténégro est à l’ouest de la Serbie, également en bordure de la Bosnie-Herzégovine, l’Albanie et la mer Adriatique. Serbie couvre 34,136 miles carrés (88,412 kilomètres carrés); Le Monténégro a une superficie de 5299 miles carrés (13,724 kilomètres carrés). Ensemble, ils sont légèrement plus petit que l’état du Kentucky. Le terrain est très variable. Dans le nord il y a des plaines fertiles qui produisent la plupart des cultures de la Serbie, ainsi que les marais le long de la Sava et du Danube. A la frontière nord, le Danube longe la Porte de Fer Gorge. Serbie centrale est vallonné et boisé et est la région la plus densément peuplée du pays. A l’est, il y a les Carpates et de Rhodope, ainsi que la gamme des Balkans, qui constitue la frontière avec la Roumanie. Les Alpes dinariques montent dans la région du centre-ouest. Kosovo, dans le sud, est considéré comme le berceau de la civilisation serbe. Sa formation géographique est deux bassins entouré par des montagnes, y compris le plus haut sommet en Yougoslavie, Daravica, avec une altitude de 8.714 pieds (2.656 mètres). sol rocheux du Kosovo ne produit pas beaucoup, à l’exception du maïs et du seigle, mais il y a des champs de pâturage pour le bétail, ainsi que des ressources minérales de plomb, de zinc et de l’argent. Monténégro, la plus petite des anciennes républiques yougoslaves, est en grande partie boisée. Son terrain est accidenté et montagneux, mieux adapté pour l’élevage que pour l’agriculture. Sa plaine côtière le long de l’Adriatique est étroite, déposer à des falaises abruptes du nord.

Belgrade est la capitale de la Serbie et est la plus grande ville du pays, avec une population de 1,5 million. Il tire son nom, qui se traduit par "forteresse blanche," des grands murs de pierre qui entourent la partie ancienne de la ville. Il est dans le nord du pays, sur une falaise surplombant la réunion du Danube et de la Sava.

Démographie. Depuis les guerres civiles ont commencé au début des années 1990, la population est devenue plus fortement serbe. De nombreux Croates ont fui, en particulier de Belgrade et de la Voïvodine, et de nombreux Serbes de souche ont fui d’autres anciennes républiques yougoslaves, la Bosnie et la Croatie en particulier. L’estimation 2000 pour la population de la Serbie était 9.981.929, et pour le Monténégro 680.158. Toutefois, ces chiffres sont incertains en raison de déplacements forcés et le nettoyage ethnique. Serbes constituent 62,6 pour cent des personnes dans la région; 16,5 pour cent sont des Albanais; 5 pour cent du Monténégro; 3,4 pour cent yougoslave; et 3,3 pour cent hongrois. Le 9,2 pour cent restants sont composés d’autres minorités, y compris les Croates, les Tsiganes et les Magyars.

Affiliation linguistique. Serbe, la langue officielle, est parlé par 95 pour cent de la population. Il est pratiquement identique à la Croatie, à l’exception que la Serbie est écrit en cyrillique, ou le russe, l’alphabet, et le croate utilise des lettres romaines. Cinq pour cent des gens parlent albanais, la plupart de ces concentrés dans la province méridionale du Kosovo. Allemand, anglais et français sont généralement appris à l’école comme langues secondes.

Symbolisme. Le symbole national de la Serbie est un aigle à deux têtes blanches, une créature considéré comme le roi des animaux. Le nouveau drapeau de la Serbie-et-Monténégro est de trois barres verticales, bleu, blanc et rouge (de haut en bas). Le drapeau de l’ex-Yougoslavie était le même mais avec une étoile rouge décrit en jaune dans le centre.

Histoire et relations ethniques

Emergence de la Nation. Il existe des preuves archéologiques que la civilisation dans l’actuelle Serbie remonte à entre 7000 et 6000 B.C.E. Les premiers habitants connus étaient les Illyriens, suivies par les Celtes au IVe siècle, et les Romains un siècle après. tribus slaves, dont les descendants aujourd’hui forme la majeure partie de la population de la région, sont arrivés au sixième siècle. L’Empire byzantin a jugé les Balkans pendant des siècles, jusqu’à ce que les années 1150, quand Stefan Nemanja, chef d’un clan serbe, uni de nombreux petits clans pour vaincre la puissance étrangère. Nemanja devint roi, et en 1220 a passé la couronne à son fils Stefan II. La dynastie Nemanja a continué à régner pour les deux cents prochaines années, une période considérée comme un âge d’or dans l’histoire serbe. Pendant cette période, l’Empire serbe élargi pour inclure la Serbie, le Monténégro et l’Albanie, atteignant jusqu’à la Grèce dans le sud.

Tout au long du XIXe siècle, cependant, les Serbes ont commencé à réaffirmer leur désir d’autonomie, et en 1878, avec l’aide des forces russes, la Serbie ont vaincu les Ottomans. Dans cette même année, le Congrès de Berlin a déclaré la Serbie indépendante, mais elle a aussi partagé le pays afin que la Bosnie-Herzégovine, une région avec une grande population serbe, est devenu une partie de l’Autriche. Dans l’ensemble, la redistribution du Congrès des terres a diminué le domaine des Turcs et les Russes et a augmenté celle de l’Autriche-Hongrie et la Grande-Bretagne. Ce changement dans l’équilibre des pouvoirs a exacerbé les tensions entre les différents pays concernés.

Les frontières nationales dans les Balkans déplacés à nouveau avec la première guerre balkanique de 1912, lorsque la Serbie, ainsi que l’autre Grèce et la Bulgarie, a pris la Macédoine retour de la domination turque. En 1913, pendant la Seconde Guerre des Balkans, la Serbie a pris possession du Kosovo de l’Albanie. Ils ont également tenté de prendre la Macédoine de la Bulgarie, qui avait revendiqué l’année d’avant.

Les tensions avec l’Autriche ont continué à construire, et en 1914 Gavrilo Princip, un nationaliste serbe, assassiné l’archiduc François-Ferdinand d’Autriche. Autriche déclare la guerre à la Serbie, et dans plusieurs mois occupé toute la région. L’assassinat de l’archiduc est souvent désigné comme l’acte immédiat initier la Première Guerre mondiale, qui à bien des égards reconfigurer le continent européen. Quand la guerre a pris fin en 1918, un royaume unissant la Serbie, le Monténégro, la Bosnie-Herzégovine, la Croatie, la Slovénie et la Macédoine a été formé. En 1929, ce royaume a été nommé Yougoslavie. Malgré de fortes divergences entre les différentes régions (en particulier la Serbie et la Croatie) quant à la façon de gouverner, la Serbie a prévalu, et la Yougoslavie a été déclarée une monarchie constitutionnelle sous la domination du roi serbe Aleksandar Karadjordjevic.

En 1941, la Yougoslavie a rejoint l’Alliance tripartite de l’Allemagne, l’Italie et l’Espagne, en espérant que cela leur permettrait d’élargir leurs frontières en Grèce. Plus tard cette même année, cependant, ils ont décidé de se retirer de l’alliance, et ont fermé leurs frontières pour empêcher Hitler d’envahir. Les Allemands ignoré ce mouvement, et a procédé à bombarder Belgrade. Hitler a divisé les Balkans entre l’Allemagne, l’Italie, la Bulgarie et la Hongrie. En Croatie, les gens ont accueilli les troupes allemandes comme un moyen d’échapper à la domination des Serbes, et la Croatie, aligné avec les puissances de l’Axe, est devenu un Etat fantoche fasciste. Le gouvernement croate a mené une campagne pour débarrasser le territoire des Serbes, des Juifs et des Tsiganes, tuant finalement 750.000 personnes.

La fin de la Seconde Guerre mondiale a vu la montée en puissance de Josip Tito, qui a gouverné la Yougoslavie sous une dictature communiste de 1945 à 1980. Toutes les entreprises et les institutions ont été détenues et gérées par le gouvernement. Tito se déclare président à vie. Il a aboli la monarchie, et tandis qu’il grandement consolidé le pouvoir du gouvernement central en Yougoslavie, il a aussi donné le statut de république à la Bosnie-Herzégovine, le Monténégro et la Macédoine. Tito a réussi à maintenir sa nation unaligned soit avec l’Union soviétique ou dans les pays occidentaux. Il a refusé de se soumettre au contrôle de l’Union soviétique, qui a régné dans la plupart des autres pays d’Europe orientale, et pour cette raison, en 1948 Joseph Staline a expulsé la Yougoslavie du Bureau d’information communiste.

Quand Tito est mort en 1980, le pays mis en place une présidence collective: chaque république avait un représentant, et le corps travaillent ensemble pour prendre des décisions; la présidence du pays en rotation entre ces différents leaders. Slobodan Milosevic est devenu président en 1989, préconisant une vision de "Grande Serbie" libre des minorités ethniques. La Slovénie et la Croatie étaient en désaccord avec la politique de Milosevic, et les deux régions ont déclaré l’indépendance en Juin 1991. Milosevic a envoyé des troupes en, et des milliers de personnes sont mortes avant le cessez-le-feu 1992. reconnaissance La Communauté européenne a accordé aux républiques, et deux autres régions de l’ex-Yougoslavie-Macédoine et la Bosnie-Herzégovine appelle à l’indépendance.

Milosevic a refusé de reconnaître la souveraineté de l’un de ces états, et le 27 Avril 1992 a déclaré la Serbie-et-Monténégro la République fédérale de Yougoslavie. Ils se sont retirés officiellement les troupes de la Bosnie, mais beaucoup de ces forces étaient des Serbes de Bosnie, qui sont restés sur leur propre chef et a continué à commettre des violences horribles contre les musulmans dans la région. En mai 1992, le Conseil de sécurité U.N. a réagi en adoptant des sanctions économiques contre la Yougoslavie.

En 1996, un traité de paix a été négocié entre la Yougoslavie et la Croatie et la Bosnie a été divisée entre Serbes et Croates musulmans.

Dans cette même année, Milosevic a été défait dans une élection présidentielle, mais a refusé d’accepter le résultat. Les manifestations se sont ensuivies, que le gouvernement a mis bas en utilisant la violence. Les élections ont eu lieu l’année suivante, et Milosevic ont gagné.

En Mars 1998, la province en grande partie albanaise du Kosovo ont commencé à combattre pour l’indépendance. Le gouvernement de Milosevic a procédé à détruire des villages et de tuer des milliers d’Albanais dans la région. Un embargo sur les armes par les pays européens et les États-Unis n’a eu aucun effet, et au début de 1999, l’OTAN est intervenue au nom du Kosovo et a bombardé la Yougoslavie. En Juin 1999, un traité de paix a été élaboré entre la Yougoslavie et l’OTAN, mais les causes sous-jacentes du conflit n’a pas été résolu, et la violence continue dans la région, qui reste sous le contrôle temporaire de l’OTAN et le Conseil de sécurité U.N..

Identité nationale. Les habitants de la Yougoslavie identifient principalement avec leur région. Serbes sont plus susceptibles que d’autres groupes de souscrire à une identité yougoslave; de nombreuses minorités voient cette identité comme une tentative de subsumer les différences régionales, ethniques et religieuses importantes. Monténégrins ont aussi une tradition de panslavisme, qui les a amenés à rester avec la Serbie même que d’autres républiques réclamaient l’indépendance. Cependant, le Monténégro a eu des divergences avec la Serbie, en particulier sur la politique en Bosnie, en Croatie, et, plus récemment, au Kosovo. La religion joue également un rôle important dans l’identité nationale, en particulier pour les musulmans, la plus grande minorité religieuse (et la majorité dans certains domaines, comme le Kosovo et certaines parties de la Bosnie).

Relations ethniques. La péninsule des Balkans est un méli-mélo de cultures et d’ethnies. Alors que la plupart des gens sont d’origine slave, leurs histoires divergé sous les influences variables des différents gouvernements, religions et cultures. Par exemple, la Slovénie et la Croatie sont principalement catholique romaine, alors que la plupart de la Serbie est orthodoxe orientale; au Kosovo et en Bosnie il y a une grande population islamique. Le Nord a une forte influence de la Hongrie, et le sud affiche plus de vestiges de la culture turque. L’union de ces différentes cultures sous un régime répressif rend pour une situation volatile; pour cette raison, toute la région a été appelée "tinderbox Balkans." L’animosité virulente entre les différents groupes a, au cours des dernières années, a conduit à la guerre civile. Le gouvernement serbe a brutalement réprimé pratiquement toutes les minorités de consolider le pouvoir serbe. Sous Milosevic, une politique de nettoyage ethnique a tenté de débarrasser le pays des Croates musulmans en Bosnie et les Albanais de souche au Kosovo lorsque ces groupes ont agité pour l’autonomie; les résultats ont été violence et l’oppression des minorités ethniques.

La Yougoslavie a également l’une des plus grandes populations tsiganes dans le monde, qui sont également traités avec l’intolérance. Dans les années 1980 il y avait un mouvement parmi les Tsiganes yougoslaves pour une nation distincte, mais il n’a jamais matérialisé et a finalement perdu la vapeur.

Urbanism, Architecture, et l’utilisation de l’espace

Belgrade est le foyer de l’ancien palais royal de Yougoslavie, ainsi que les bâtiments actuels du gouvernement. Beaucoup d’entre eux sont dans une zone appelée New Belgrade, à la périphérie de la ville. Belgrade possède également séculaire

Radio B92 est la seule station qui préserve son propre réseau de correspondants.

les églises, les mosquées, et plusieurs musées nationaux. En partie à cause de sa situation privilégiée à la jonction de deux rivières, la ville a une histoire de possession par diverses puissances étrangères: Il a été capturé soixante fois (par les Romains, les Huns, les Turcs et Allemands, entre autres) et détruit trente -huit fois. Beaucoup de structures plus anciennes de la ville ont été endommagés par les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale. Certains ont ensuite été restauré, mais la récente guerre civile a de nouveau dévasté la ville.

La plus grande ville au Monténégro est Titograd (connu sous le nom de Podgorica avant Tito rebaptisé en 1946). Il est un centre industriel. Une grande partie de l’architecture à Titograd reflète l’influence turque de l’Empire ottoman.

Pristina, avec une population d’environ 108.000, est la capitale de la province du Kosovo. Il a servi comme capitale de l’Empire serbe avant l’invasion des Turcs ottomans au XIVe siècle. L’architecture de la ville, présentant à la fois l’influence serbe et turque, témoigne de sa longue histoire.

Novi Sad, une ville avec une population de 179.600, dans la province septentrionale de Voïvodine, possède une forteresse de l’époque romaine, ainsi qu’une université et le Théâtre national serbe. Il est également un centre de fabrication.

Subotica, avec une population d’environ 100.000, est la ville la plus au nord de la Serbie et sert comme un centre important pour le commerce, l’agriculture et l’activité intellectuelle.

Dans les villes, la plupart des gens vivent dans des immeubles d’habitation, bien qu’il y ait des maisons aussi plus âgés. A la campagne la plupart des maisons sont des bâtiments modestes de bois, la brique ou de la pierre. Ils sont généralement entourées de cours fermées par des murs ou des clôtures pour la vie privée. Même dans les zones rurales, les maisons ont tendance à être relativement proches. Certains villages du Kosovo sont disposés dans un motif carré unique. Les maisons ont des tours de guet, et sont entourés par des murs de boue pour la protection contre les ennemis.

La Serbie est célèbre pour son architecture religieuse: énormes, de belles églises et les monastères ne sont pas seulement dans les grandes villes, mais aussi sont dispersés dans tout le pays. Quelques siècles la date de retour; d’autres, comme l’église de Saint George dans la ville de Topola, ont été construits au XXe siècle. Ce sont des structures grandioses ornés de mosaïques élaborées, des fresques et des sculptures en marbre.

Food and Economy

Alimentaire dans la vie quotidienne. Staples du régime serbe sont le pain, la viande, les fruits, les légumes et les produits laitiers. Le petit déjeuner est généralement constitué d’oeufs, la viande et du pain, avec un produit laitier à tartiner appelé kajmak. Le déjeuner est le repas principal de la journée et est habituellement mangé à environ trois heures de l’après-midi. Un dîner léger est mangé à environ 20h00

Douanes Cérémonial Occasions alimentaires. La fête de Noël est une occasion élaborée. La veille de Noël, les gens mangent des aliments de carême (pas de viande ou de produits laitiers) et des boissons grogs (brandy chaud avec du miel). Le lendemain, le repas se compose généralement de rôti de porc et un pain rond appelé cesnica. Sur Krsna Slava, le jour de la sainte patronne de la famille, un autre pain rond, appelé kolac, est servi, ainsi que zito, , Un plat de blé sucré bouilli. Pour Pâques, œufs durs sont un aliment traditionnel. Les coquilles sont teints et décorées dans des modèles élaborés.

Économie de base. L’effondrement de la République yougoslave en 1991 a fait des ravages sur l’économie de la région. Les liens commerciaux ont été interrompus, et la guerre en cours a détruit de nombreux biens matériels. Les sanctions économiques plus rabougris la croissance de l’économie au cours de ces années. Il existe actuellement un taux de 30 pour cent de chômage.

L’industrie représente 50 pour cent du PIB et emploie un grand nombre de personnes dans la fabrication de machines, l’électronique et les biens de consommation. Les trois quarts de la main-d’œuvre est dans le secteur des entreprises (soit l’agriculture ou de l’industrie). L’agriculture représente 20 pour cent du PIB. Avant la Seconde Guerre mondiale, plus de 75 pour cent de la population étaient des agriculteurs. Aujourd’hui, principalement en raison des progrès de la technologie agricole, ce chiffre a été réduit à moins de 30 pour cent; cela comprend un million de personnes qui se soutiennent par l’agriculture de subsistance. Les cultures sont le blé, le maïs, les graines oléagineuses, les betteraves à sucre, et des fruits. Le bétail est également soulevé pour les produits laitiers et la viande. Un quart de la population active est dans l’éducation, le gouvernement ou les services. L’industrie touristique, qui n’a cessé de croître tout au long des années 1980, a été pratiquement éteinte par la guerre civile des années 1990.

Essence, les marchandises importées, la nourriture, ou piller des territoires occupés est acheté et vendu sur le marché noir aux frontières de la Serbie.

Activités commerciales. Serbie produisant des produits agricoles et des produits manufacturés (textiles, machines, voitures, appareils ménagers, etc.) à vendre. Cependant, la guerre civile a ralenti ou interrompu la production dans de nombreux domaines, et avec des sanctions économiques, a créé une situation de pénurie et le rationnement. De nombreux produits sont achetés et vendus sur le marché noir; ils sont amenés illégalement dans le pays et vendus à des prix élevés. Beaucoup de gens, en particulier dans les zones rurales, comptent également sur leurs propres jardins et les animaux pour compléter leur alimentation.

Commerce. Le commerce a été limitée par les sanctions imposées par de nombreux pays occidentaux. Les principaux partenaires sont les ex-républiques yougoslaves de Macédoine et la Bosnie-Herzégovine, ainsi que l’Italie, l’Allemagne et la Russie.

Répartition du travail. Il est de tradition pour les enfants de continuer dans le métier ou la profession de leurs parents. Cependant, avec plus de possibilités d’éducation, ce n’est pas nécessairement le cas maintenant. Il y a environ deux millions de personnes dans le secteur socialisé, dont 75 pour cent sont dans les affaires (l’agriculture ou de l’industrie) et 25 pour cent sont dans l’éducation, le gouvernement, et d’autres services. Il y a aussi un taux de chômage important (26 pour cent en 1996).

Stratification sociale

Les classes et les castes. Avant la Seconde Guerre mondiale, la base de la société était la classe paysanne, avec une petite classe supérieure composée de travailleurs du gouvernement, des professionnels, des marchands et des artisans, et une classe moyenne encore plus infime. Sous le communisme, l’éducation, l’adhésion au Parti, et l’industrialisation rapide offert des possibilités de mobilité ascendante. Depuis la chute du gouvernement de Tito et la montée de l’économie de marché libre, les gens ont été en mesure de tenter d’améliorer leur statut par l’esprit d’entreprise. Toutefois, les sanctions économiques ont eu pour effet de diminuer le niveau de vie global; les pénuries et l’inflation font même des articles nécessaires inabordable ou indisponible. Cette situation a créé des différences extrêmes entre les riches et les pauvres, comme ceux qui ont accès aux biens peut les accumuler et les vendre pour des prix exorbitants.

Symboles de la stratification sociale. La plupart des jeunes et des citadins portent des vêtements de style occidental. Dans les villages, les femmes portent la tenue traditionnelle d’une blouse plaine, longue jupe noire et foulard sur la tête. Pour les occasions festives, les femmes non mariées portent petit feutre rouge bonnets ornés de galons d’or, et les femmes mariées don de grands chapeaux blancs avec des ailes amidonnés. les hommes albanais du Kosovo portent de petits bonnets blancs, qui reflètent leur héritage musulman.

Vie politique

La Serbie-et-Monténégro ont également leurs propres gouvernements, qui sont une structure similaire à celle du fédéral. Chacun a son propre, législatif, et du système judiciaire de président. L’âge de voter est de seize si l’on est employé, ou dix-huit autrement.

Leadership et des responsables politiques. La Serbie a une histoire de puissants leaders démagogiques qui ont maintenu le contrôle en manipulant les médias et d’autres méthodes énergiques. Cela a créé une certaine distance entre les représentants du gouvernement les plus élevés et les personnes, qui peuvent se manifester dans la population que ce soit la peur, l’admiration, ou une combinaison des deux.

Aujourd’hui, il y a des partis politiques onze représentés à l’Assemblée fédérale yougoslave, quatre du Monténégro et de la Serbie sept. Jusqu’aux élections Septembre 2000, le Parti socialiste de Milosevic de Serbie et Milosevic lui-même, exercé le pouvoir ultime. Kostunica a réussi à unir dix-huit groupes d’opposition que l’Opposition démocratique de Serbie, mais cette coalition se heurte à des dissensions.

Problèmes sociaux et de contrôle. Il existe des systèmes judiciaires locaux dans chaque république, ainsi qu’une Cour fédérale, qui est la plus haute cour d’appel et qui résout également les litiges de propriété entre les républiques. Il y a un taux élevé de corruption au sein du gouvernement et dans les affaires. Les réfugiés, les difficultés économiques, et les troubles sociaux ont aussi été des problèmes sociaux majeurs. Les dissidents politiques ont été traitées punitions rapides et difficiles.

Activité militaire. L’armée se compose d’une armée composée de forces terrestres avec des troupes à la frontière, les forces navales, et les forces de défense aérienne. Il est sous le commandement du président yougoslave, en collaboration avec le Conseil de défense suprême, qui comprend les présidents de la Serbie-et-Monténégro. Tous les hommes sont tenus de servir un an dans les forces armées. La police (fédérale et républicaine) ont la responsabilité de maintenir l’ordre dans le pays,

Church Island, baie de Kotor. Monténégro borde la mer Adriatique.

et dans de nombreux cas sont mieux armés que les militaires.

La protection sociale et les programmes Change

Le régime communiste a institué un système de protection sociale étendu, dont une grande partie est encore intacte. Ce système offre la retraite et les pensions d’invalidité, ainsi que les allocations de chômage et de la famille. Il y a aussi un système de soins de santé socialisé, et le gouvernement dirige les refuges et les foyers pour les orphelins et les handicapés physiques et mentaux. Cependant, la guerre civile et les sanctions économiques ont laissé le gouvernement dans de nombreux cas ne peuvent pas payer ses contrôles de sécurité sociale, et de nombreuses personnes âgées et handicapées ont souffert en conséquence.

Organisations non gouvernementales et autres associations

des organisations non gouvernementales occidentales, y compris la Croix-Rouge et de l’USAID, ont fourni une assistance pour faire face aux problèmes considérables de nourriture, le logement et les besoins médicaux. Cependant, la Yougoslavie est pas reconnu par la communauté internationale dans son ensemble, et a refusé l’admission à l’Organisation des Nations Unies et d’autres organisations internationales.

Rôles de genre et Statuses

Le statut relatif des femmes et des hommes. la culture serbe est traditionnellement dominée par les hommes. Les hommes sont considérés comme le chef de famille. Alors que les femmes ont acquis un important pouvoir économique depuis la Seconde Guerre mondiale, de nombreux vestiges du système patriarcal sont encore visibles dans le statut social inférieur des femmes.

Mariage, famille et Kinship

Mariage. célébrations de mariage durent souvent pendant des jours. Avant un couple entre dans leur nouvelle maison pour la première fois, la mariée se tient à la porte et lève un petit garçon de trois fois. Ceci afin d’assurer que le mariage sera béni avec les enfants. Les mariages sont généralement pas disposés. Sous Tito, les femmes ont obtenu l’égalité des droits dans le mariage et le divorce est devenu plus facile et plus commun.

Unité domestique. Il est d’usage depuis plusieurs générations de vivre ensemble sous le même toit. Les Albanais de souche ont tendance à avoir de grandes familles, de huit à dix enfants, et les familles élargies vivent souvent ensemble dans un composé de maisons entourées par un mur de pierre. Même dans les familles serbes, qui ont tendance à être plus petits, cousins, cousines, tantes, oncles et autres membres de la famille vivent souvent, sinon dans la même maison, puis à proximité les uns des autres. La langue serbe ne distingue pas entre les cousins, frères et sœurs, ce qui est une indication de la proximité particulière des familles élargies.

Héritage. coutumes Héritage suivent un système de primogéniture mâle: Le fils aîné hérite des biens de la famille.

Socialisation

Infant Care. soins du nourrisson est en grande partie le rôle de la mère. Parrains jouent également un rôle important, et il y a une cérémonie peu après la naissance assez complexe qui implique le parrain couper le cordon ombilical de l’enfant. Sous le régime communiste, le gouvernement a mis en place des crèches aux soins pour les bébés, ce qui permet aux femmes de retourner à leur travail peu de temps après l’accouchement.

Pour élever des enfants et de l’éducation. Le parrain ( kum ) Ou marraine ( kuma ) Joue un rôle important dans l’éducation d’un enfant. Ils ne sont pas liés par le sang, mais sont considérés comme faisant partie de la famille spirituelle. Il ou elle est responsable de l’enfant si quelque chose arrive aux parents. Le kum ou kuma est en charge de nommer le bébé, et a un rôle d’honneur dans le baptême et plus tard dans le mariage de l’enfant. Les garçons et les filles sont attendus pour aider aux tâches ménagères.

L’enseignement est gratuit et obligatoire entre les âges de sept et quatorze ans. L’école primaire dure huit ans, après quoi les étudiants choisissent la vocation ou sur le terrain, ils vont étudier à l’école secondaire. Cela dure trois ou quatre ans, selon le domaine d’étude. Soixante et onze pour cent des enfants fréquentent l’école primaire. Ce chiffre tombe à 64 pour cent au niveau secondaire. Albanais, et les filles albanaises, en particulier, sont beaucoup moins susceptibles de recevoir une éducation. En 1990, toutes les écoles albanaises du Kosovo ont été fermés parce que le gouvernement serbe n’a pas approuvé leur programme d’études, qui a insisté sur la culture albanaise. Certaines écoles souterraines ont été lancées, mais de nombreux enfants continuent d’aller sans scolarité.

L’enseignement supérieur. La plus grande université, à Belgrade, a été fondée en 1863. Il existe d’autres universités, dans les villes de Novi Sad, Nis et Podgorica. seule université du Kosovo, à Pristina, a été fermé en 1990, alors que tous les professeurs d’origine albanaise ont été tirés et les étudiants albanais ont été soit expulsé ou a démissionné en signe de protestation. les professeurs et les étudiants albanais tentent maintenant d’exécuter une université clandestine. En 1998, le gouvernement a pris le contrôle de toutes les universités du pays, limitant toute liberté académique.

Étiquette

Embrasser est une forme courante de salutation, tant pour les hommes et les femmes. Trois baisers, les joues en alternance, sont d’usage. Les Serbes sont un peuple hospitalier et aiment visiter et discuter. Lorsque vous entrez dans une maison comme un invité pour la première fois, on apporte généralement un petit cadeau de fleurs, de la nourriture, ou de vin. Il est également d’usage pour enlever ses chaussures et de mettre sur une paire de pantoufles avant d’entrer dans la maison. Les hôtes sont attendus pour servir leurs clients; slatko, une fraise sucrée préserver, est souvent fourni.

Religion

Croyances religieuses. Soixante-cinq pour cent de la population appartient à l’Eglise orthodoxe orientale. Dix-neuf pour cent sont musulmans (la plupart de ces personnes vivent au Kosovo, et la majorité sont sunnites, bien qu’il y ait une certaine chiite aussi bien); 4 pour cent sont catholiques; 1 pour cent sont protestants; et les autres 11 pour cent de la pratique d’autres religions. Avant

centre-ville de Belgrade. La ville possède deux siècles et moderne architecture.

La Seconde Guerre mondiale il y avait une population juive importante. Il recula devant 64.405 en 1931 à 6.835 en 1948. Beaucoup de ceux qui ne furent pas tués dans l’Holocauste a émigré en Israël. Aujourd’hui, la population juive est environ 5000, organisé en 29 communes sous la Fédération des communautés juives en Yougoslavie. L’Eglise orthodoxe orientale est séparée de l’Eglise catholique romaine en 1054, dans ce qui est devenu connu sous le nom du Grand Schisme. Beaucoup de croyances fondamentales des deux églises restent les mêmes, la différence fondamentale étant que la religion orthodoxe ne reconnaît pas l’autorité du pape. Au lieu de cela, ils ont un groupe de patriarches qui ont un statut égal. L’Église orthodoxe serbe a été fondée en 1219, et son ascension a été liée à la montée de l’Etat serbe à l’époque. Une figure centrale de l’église est Saint Sava, le frère de Stefan Nemanja, premier roi de la Serbie. Depuis sa fondation, l’église a promu le nationalisme serbe, et a lutté contre la domination de l’autorité centrale de l’Eglise orthodoxe grecque à Constantinople.

Les pratiquants religieux. Les Patriarches détiennent la position la plus élevée dans l’Église orthodoxe orientale et sont responsables des décisions les plus officielles. Les prêtres sont les personnalités religieuses primaires dans la communauté et sont responsables de la conduite des services et de conseiller leurs paroissiens. Contrairement au catholicisme romain, ils sont autorisés à se marier. Il y a aussi des moines, qui sont célibataires. Seuls les moines, et non prêtres, peuvent obtenir la position de l’évêque.

Rituels et lieux saints. Les cérémonies religieuses ont lieu dans les églises-élaborés, des bâtiments magnifiquement conçus, dont beaucoup datent des centaines d’années. Chaque famille a un saint patron, qui est honoré une fois par an dans une grande fête appelée Krsna Slava. Une bougie est allumée en l’honneur du saint, et les aliments spéciaux sont consommés, y compris le pain rond kolac. Un prêtre vient à la maison pour bénir avec l’eau bénite et l’encens. La famille et le prêtre debout en cercle autour de la kolac et chanter une chanson spéciale.

Noël (observées le 6 et 7 Janvier dans l’Église orthodoxe orientale) est une grande fête. La veille de Noël, appelé Badnje Vece, est fêté avec un grand feu de joie dans le cimetière et le chant des hymnes. Le matin de Noël une jeune personne sélectionnée frappe à la porte et "apporte de Noël dans la maison," piquer un bâton dans la cheminée. Le nombre d’étincelles qui sont libérés prédit combien de chance la famille aura dans l’année à venir. Pâques est aussi une grande fête. En plus des services de l’église, il est célébré par la mort des œufs et du spectacle traditionnel kolo danses.

La mort et l’au-delà. Les funérailles sont grandes occasions élaborées. Dans le cimetière, un écart de salades et de viandes rôties est présenté en l’honneur du défunt; cela est répété un an après la mort, à quel point la pierre tombale est placé dans le sol. Gravestones portent souvent des photos ainsi que des inscriptions. Chrétiens orthodoxes orientaux croient dans le ciel, l’enfer et le purgatoire, un concept d’une vie après la mort dans lequel on est récompensé ou puni selon ses actions dans cette vie.

Médecine et soins de santé

soins de santé complet est fourni pour les femmes enceintes, les nourrissons, les enfants jusqu’à quinze ans, les étudiants jusqu’à vingt-six ans, et les personnes de plus de soixante-cinq ans. Toutes les personnes sont assurées le traitement des maladies infectieuses et des maladies mentales. Cependant, au moins un cinquième de la population ne reçoit pas de soins de santé. Le gouvernement communiste après la Seconde Guerre mondiale a fait un bon travail d’éliminer un grand nombre de problèmes de santé du pays, y compris le typhus, la typhoïde, la dysenterie et la tuberculose. Les maladies infectieuses sont des problèmes dans les régions moins développées, comme le Kosovo. Les principales causes de décès sont les maladies circulatoires et le cancer, en partie en raison de l’augmentation de la pollution et la consommation de cigarettes depuis les années 1970. Accidents de la circulation et le suicide sont également des problèmes de santé importants.

Célébrations séculiers

Les principales célébrations laïques sont Jour de l’An 1er Janvier; Journée internationale du Travail, le 1er mai; Jour du soulèvement en Serbie, le 7 Juillet; et Jour de la République, le 29 Novembre.

Les Arts et Lettres

Soutien aux Arts. Le gouvernement communiste avait une politique de censure assez stricte mais les artistes approuvés par l’État fait bénéficier d’un financement. Aujourd’hui, il n’y a pratiquement pas de fonds (publics ou privés) pour le soutien des arts. Le Théâtre national de Belgrade accueille des spectacles de ballet. Il y a aussi voyagent groupes folkloriques qui effectuent à travers le pays.

Littérature. la littérature serbe trouve ses racines dans la poésie épique du XIIIe siècle du Kosovo. Les poètes serbes du XIXe siècle Jovan Jovanovic Zmaj et Djura Jaksic pris de l’importance au-delà des frontières du pays. écrivains serbes contemporains comprennent Milorad Pavic, Vladimir Arsenijevic, et Ivo Andric, qui a remporté le 1961 Prix Nobel de littérature pour son roman Pont sur la rivière Drina. Le monténégrin Milovan Djilas était un éminent critique du système communiste et œuvres composées dans un certain nombre de genres, y compris la fiction, documentaire, mémoire et histoire.

Arts graphiques. La Serbie est connue pour ses textiles en laine, le lin et le chanvre. Ces matériaux sont également tissés dans des tapis de motifs géométriques complexes. La décoration des oeufs de Pâques est une autre forme d’art traditionnel. Ils sont colorés avec des colorants naturels et ornés de motifs et de dessins complexes.

Beaucoup d’églises et de monastères sont décorées de fresques et de mosaïques. Peinture contemporaine intègre souvent des concepts religieux et historiques ainsi que des principes esthétiques modernes. La Serbie a produit plusieurs peintres reconnus au niveau national, y compris Milic Stankovic et Olja Ivanicki. Ivan Generalic est bien connu pour ses représentations primitive de style (certains d’entre eux assez politique) de la vie yougoslave.

Une maison typique au Monténégro. La plupart des maisons dans les zones rurales sont encore relativement rapprochés.

Les artistes ne sont pas découragés par la situation économique ou politique, et ont commencé les installations affichant dans les bâtiments bombardés à Belgrade, montre qu’ils appellent "Phobjects." L’art contemporain peut aussi être vu dans la rue dans les affiches politiques surréalistes populaires qui sont accrochés dans les villes.

Arts de performance. Un type de musique traditionnelle serbe est effectuée sur un guslari, un instrument unique à cordes joué avec un archet, que le musicien accompagne en chantant des ballades qui relaient à la fois des nouvelles et des événements historiques. Un autre genre de musique populaire est appelé tamburitza. Il est joué par des groupes de musiciens sur les instruments à cordes similaires à mandolines et banjos. le gadjé, une cornemuse comme instrument, est également courante. la musique albanaise du Kosovo a un son plus arabe, faisant écho à l’influence des Turcs, et les Tsiganes danser à un type de musique appelé blehmuzika, en utilisant une bande de laiton.

danses folkloriques serbes sont appelés kolos, et sont effectuées par des troupes professionnelles, ou par des invités lors des mariages et autres occasions spéciales. Ils impliquent un groupe de personnes se tenant la main et se déplaçant dans un cercle. Une musique spécifique kolo accompagne la danse. Au cours de la domination turque, quand les gens ont été interdit de tenir de grandes célébrations, ils ont souvent transmis nouvelles à travers les paroles et les mouvements de la tradition kolo. accompagnement traditionnel à la danse est un violon, et parfois un accordéon ou une flûte. Les costumes sont aussi des éléments importants de la danse; même aujourd’hui, robe traditionnelle régionale est porté pour les performances.

la musique rock occidentale est extrêmement populaire auprès du jeune public, et la Yougoslavie a produit quelques étoiles du cru. Beaucoup d’entre eux utilisent le formulaire pour transmettre des messages politiques.

Il y a aussi une longue tradition du cinéma dans toute l’ex-Yougoslavie. Les premiers enregistrements de films datent de 1905, et le premier long métrage a été faite en 1910. Après la Seconde Guerre mondiale, l’industrie a augmenté considérablement, grâce à un financement du gouvernement pour les productions. En 1939, le directeur Mihail Popovic a acquis une renommée pour son film historique Bataille du Kosovo. Dans les années 1980, Emir Kusturica, de Sarajevo, a remporté la première place au Festival de Cannes pour Papa est en voyage d’affaires. Ses films représentés la terreur que le gouvernement communiste a inspiré dans le peuple. La scie des années 1990 a diminué la production dans l’industrie du film, mais quelques-uns des films qui ont été produits pris sur le sujet difficile de la guerre civile, y compris Joli Village, Pretty Flame, réalisé par Srdjan Dragojevic. Goran Paskaljevic, un autre réalisateur serbe, a produit le film largement acclamé Baril de poudre en 1998.

L’état des sciences physiques et sociales

La Serbie a produit plusieurs scientifiques bien connus, y compris Mileva Maric Einstein (la première épouse d’Albert Einstein), Mihajlo Pupin, et Nikola Tesla. Les guerres civiles qui ont commencé au début des années 1990 ont pris un lourd tribut sur l’économie, et aujourd’hui, il y a peu d’argent disponible pour l’étude soit des sciences physiques ou sociales.

Bibliographie

Allcock, John B. et al. eds. Conflit dans l’ex-Yougoslavie: An Encyclopedia, 1998.

Anzulovic, Branimir. Heavenly Serbie: Du mythe à laGénocide, 1999.

Campbell, Greg. Road to Kosovo: A Balkan Diary, 1999.

"Rapport Pays: Yougoslavie (Serbie-Monténégro)." Dans L’Economist Intelligence Unit, 1998.

Erlanger, Steven. "Yougoslaves Bicker sur l’armée et de la police secrète." New York Times, 8 Novembre an 2000.

"Ex-Yougoslavie." U.N. Chronicle, 1 Mars de 1999.

Gall, Carlotta. "Bosniens Vote avec un espoir: briser la Règle des Parties ethniques." New York Times, 12 Novembre an 2000.

Gojkovic, Drinka. La route vers la guerre en Serbie: Traumatisme etCatharsis, 2000.

Greenberg, Susan. "Le grand échec yougoslave." NouveauStatesman, 9 Août de 1999.

Hawkesworth, Celia. Voices in the Shadows: Les femmes etArt Verbal en Serbie et en Bosnie, 2000.

Lampe, John R. Yougoslavie Histoire: Deux fois Il était unPays, 2000.

McGeary, Johanna. "La fin de Milosevic." Temps, 16 Octobre an 2000.

Milivojevic, JoAnn. Serbie, 1999.

"More Trouble dans les Balkans." L’économiste, 15 Juillet de 1999.

Muravchik, Joshua. "La route vers le Kosovo." Commentaire, Juin 1999.

Nelan, Bruce, et al. "Dans le feu." Temps, 5 Avril de 1999.

Ramet, Sabrina P. Genre Politique dans les Balkans occidentaux, 1999.

Ranesar, Romesh. "Man of the Hour." Temps, 16 Octobre an 2000.

Sopova, Jasmina. "Parler Serbe Goran Paskaljevic cinéaste." Courrier de l’UNESCO, Février 2000.

"Toujours Jolie Nasty." L’économiste, 23 Septembre an 2000.

Département d’Etat des Etats-Unis. Effacement Histoire: Nettoyage ethnique au Kosovo, 1999.

Wachtel, Andrew. Faire une nation, la rupture d’une nation:Littérature et politique culturelle en Yougoslavie, 1998.

Sites Internet

Département d ‘Etat américain, Central Intelligence Agency. "Serbie-et-Monténégro." Dans CIA World Factbook 2000, http://www.odci.gov/cia/publications/factbook/geos/sr

www.everyculture.com

Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

14 − huit =